Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Enseignant agri Actualités Phoenix bat de l'aile, décollage manqué !

Phoenix bat de l'aile, décollage manqué !

13/01/2016 Depuis 2013, toutes les organisations syndicales demandent la réécriture de l’article 29 du décret 89-406 afin de clarifier et préciser les obligations de service des agents contractuels de l’enseignement agricole privé. Le ministère a toujours opposé un refus systématique.
En place d’un décret clair, il propose un outil de calcul du temps de service des enseignants appelé Phoenix, lequel éliminerait les iniquités entre les agents contractuels de droit public de l’enseignement agricole privé.  Ce logiciel n’est pas un miroir du logiciel Guépard utilisé dans l’enseignement agricole public. 
 
Le vendredi 8 janvier, la DGER a présenté aux représentants des organisations syndicales les principes à partir desquels elle va construire son logiciel :
- Application de la règlementation à partir du décret 89-406
- Prise en compte de l’autonomie de l’établissement
- Place attribuée au SCA qui se cale sur les référentiels en laissant une grande autonomie aux établissements
- Une volonté de transparence 
 
Le projet présenté n’était pas un prototype du logiciel, seulement des règles de bases qui doivent être transformées en formules de calcul. 
Ce projet avait déjà été présenté aux fédérations, ce qui a déçu les organisations syndicales alors que les principaux concernés sont les enseignants. 
 
Si les représentants des organisations syndicales sont favorables à un document qui synthétise durant 36 semaines le temps de services en face à face horaire à partir des référentiels et au calcul du SCA en fonction des stages selon les classes et la filière, ils ont unanimement refusé plusieurs points qui sont très défavorables aux enseignants et ne vont pas améliorer nos conditions de travail mais davantage les alourdir :
 
- Flou sur les périodes de formation prises en compte par le logiciel
- Absence d’explication sur les paramètres modifiables ou non par les chefs d’établissement
- Difficultés d’application des calculs de majorations/minorations/heures de 1ère chair
- Non transparence du calcul du SCA généré par chaque module pour chaque enseignant  
- Non comptabilisation des semaines d’examen  
 
A l’issue de la rencontre, les organisations syndicales ont demandé à voir un prototype du logiciel AFIN DE DISCUTER SUR DES ÉLÉMENTS TANGIBLES. Elles ont exprimé leur intransigeance auprès de l’Administration pour que :
 
- Le SCA généré par chaque module enseigné soit mentionné  
- TOUT LE TEMPS DE TRAVAIL DES ENSEIGNANTS SOIT PRIS EN COMPTE, notamment les semaines du juin où les enseignants font passer des examens, des CCF ou participent aux réunions pédagogiques qui préparent l’année suivante.