Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités Pouvoir d’achat en berne
Navigation

Pouvoir d’achat en berne

Une étude de l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques a montré que les enseignants français sont parmi les moins rémunérés de l’OCDE

Une étude du Snec-CFTC mesure précisément la perte de pouvoir d’achat des maîtres de chaque échelon de chaque échelle de rémunération (agrégés, PE/certifiés/PLP, PEPS, AE, MA1, MA2, MA3, MA4, instituteurs suppléants) entre septembre 2001 et mars 2014. Ainsi, pour les professeurs des écoles / certifiés / PLP / PEPS, avoir gagné trois échelons au cours de la période ne fait au final gagner que le pouvoir d’achat d’un seul échelon. Il faudrait augmenter de 350 € mensuels bruts le salaire d’un maître au 9e échelon pour lui assurer un pouvoir d’achat égal à celui d’un maître au 9e échelon à la rentrée 2001.

L’étude du Snec-CFTC mesure aussi le pouvoir d’achat perdu par un maître au gré de ses changements d’échelon dans le cadre de divers scénarii d’évolution de carrière. Ainsi, la différence entre ce que pouvait espérer (maintien du pouvoir d’achat des salaires indiciaires) gagner un professeur des écoles / certifié / PLP / PEPS au début du 5e échelon à la rentrée 2001 et le pouvoir d’achat de ce qu’il a perçu depuis représente 9 mois du salaire qu’il touche aujourd’hui.

Voir l'étude

 

Ces évolutions sont spécifiques à la France : l’OCDE a montré que les enseignants français sont parmi les moins rémunérés de l’OCDE et que leur situation continue à se dégrader par rapport à leurs homologues étrangers.

 

Entre le 27 novembre et la 4 décembre 2014

Je vote CFTC Enseignement privé

Deux scrutins importants, indissociables

  • CCMMEP
  • CCMA (2nd degré) ou CCMI-CCMD (1er degré)