Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités Pouvoir d'achat en berne des enseignants
Navigation

Pouvoir d'achat en berne des enseignants

La situation économique, sociale et symbolique des enseignants ne cesse de se dégrader, à contrecourant de l’évolution des rémunérations en France.

Pour un certifié, PLP, PEPS au 9e échelon, entre septembre 2001 et mars 2014 :

  • Baisse de 350 € du pouvoir d’achat du salaire mensuel brut.
  • Perte de l’équivalent de plus de 9 mois de salaire.

Dans le même temps, la hausse des cotisations sociales a fait diminuer le salaire net

L’avancement d’échelon, les promotions et les concours (quand cela est possible) sont désormais les seuls mécanismes permettant de limiter la baisse du pouvoir d’achat.

Quelques enseignants, en fin de carrière pour l’essentiel, bénéficient de la Gipa mais son montant ne compense pas le pouvoir d’achat perdu.

Les enseignants français sont parmi les moins rémunérés d’Europe et même de l’OCDE.

C’est la triple-peine pour les maîtres de l’enseignement privé :

  • La baisse du pouvoir d’achat du salaire se répercute sur le pouvoir d’achat des retraites, déjà largement amputé par la réforme des retraites et du RAEP.
  • Salaires nets inférieurs de 7 % à ceux des enseignants fonctionnaires.

Et pourtant : gel annoncé du point de la fonction publique jusqu’en 2017…

Tout ceci est inacceptable pour le Snec-CFTC. La mise en place du CCMMEP (comité consultatif ministériel des maîtres de l’enseignement privé sous contrat) demandée par le Snec-CFTC sera le lieu ou enfin, officiellement, le Snec-CFTC pourra démontrer à l'Etat que cette situation ne peut perdurer.

A écouter sur France Inter  : Salaire des profs : les écarts cachés, révélés