Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités Evaluations en CP et 6e
Navigation

Evaluations en CP et 6e

Le Snec-CFTC a été reçu vendredi 31 août au ministère de l'Éducation nationale pour aborder la question des évaluations en CP et en 6ème.

Lors de sa conférence de presse de rentrée, le Ministre de l’Education nationale a annoncé que les élèves de CP et de 6e seront soumis à des "évaluations diagnostiques" en début d’année scolaire, en septembre pour les CP et novembre pour les 6e.

Si le Snec-CFTC n’est pas hostile au principe des évaluations, il considère la mesure trop tardive. En effet, nombre d’enseignants avaient déjà préparé des évaluations diagnostiques pour la rentrée et des établissements ont investi dans les évaluations FAR.

En CP, elles s’effectueront sur des livrets papier, en 6ème elles se feront en ligne. Chaque élève bénéficiera d’un retour individualisé. Les enseignants recevront également les résultats de leurs élèves afin, selon le ministre, « de leur offrir une base solide et utile pour connaître l’état des connaissances et le savoir-faire de chaque élève et définir les meilleurs outils d’enseignement et les stratégies pédagogiques. »

Pour le Snec-CFTC, il y a des risques de dérive : classement des élèves, des établissements, évaluation des maîtres à travers les résultats des élèves, préparation intensive aux évaluations (notamment de la part des parents), limitation du diagnostic aux compétences en mathématiques et français…) D’autre part ces évaluations ne doivent, en aucun cas, remettre en cause le cycle 3 (articulation CM2-6e) ni l'articulation entre le primaire et le collège. 

Par ailleurs, ces évaluations obligatoires ne donneront lieu à aucune indemnité supplémentaire. Sans entrer trop avant dans une logique exclusivement comptable, le Snec-CFTC note qu’il s’agit d’une tâche supplémentaire ajoutée aux missions des enseignants. En effet, l’évaluation est un outil de travail extrêmement performant au service des compétences mais nécessite des heures de travail en amont et en aval (corrections, rencontres avec les parents…) pour être véritablement efficiente.

Le ministre a beaucoup communiqué dans la presse en cette rentrée, il a ouvert des pistes et des perspectives. Le Snec-CFTC tient à (re)dire qu’une véritable réflexion doit s’ouvrir sur les missions des enseignants et qu’il faut cesser d’empiler des charges que l’on justifie au titre des ISOE et ISAE. Il y va de la crédibilité de notre fonction pour qu’éducation cesse de rimer avec bénévolat.