Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités Des différences de traitements inacceptables !
Navigation

Des différences de traitements inacceptables !

Entre les enseignants du privé et du public

Alors que la parité entre les enseignants du public et du privé, engagée par les lois du 31 décembre 1959, dite loi Debré, et du 25 novembre 1977, dite loi Guermeur, a été formalisée en figurant à l'article L. 914-1 du code de l'éducation, de nombreuses disparités demeurent.

Ainsi, le salaire net des maîtres de l’enseignement privé reste toujours inférieur à celui des maîtres de l’enseignement public en 2014 ; un enseignant du privé cotise 11,6 % (régime RGSS+ARRCO+AGFF+RAEP) et au minimum 25,17 €/mois en l'AGIRC pour sa retraite, alors qu'un fonctionnaire cotise 9,14 % seulement, et la pension d'un enseignant du privé est inférieure de 13 % à celle d'un fonctionnaire. (cf Rapport de la Cour des comptes)

Si, dans l’enseignement public, les  enseignants en sous-service sont payés comme s’ils effectuaient un temps plein, dans l’enseignement privé, les maîtres sont payés seulement au prorata des heures effectuées.

Onze mille maîtres de l'enseignement privé sous contrat demeurent rémunérés sur l'échelle des adjoints d'enseignement, alors que tous les adjoints d'enseignement de l'éducation nationale ont été reclassés certifiés.

Les maîtres auxiliaires (MA2) du second degré sont rémunérés sur une grille inférieure à celle de leurs homologues de l’enseignement public. Pire encore : Les suppléants du privé du premier degré sont rémunérés au Smic !

Autre disparité criante : les maîtres de l’enseignement privé ne peuvent être affectés sur des emplois relevant de la fonction publique ce qui les prive de reconversions.

Le Snec-CFTC considère :

  • qu'il doit y avoir alignement des traitements nets des maîtres du privé, quelque soit leur catégorie de rémunération,  sur ceux du public

  • la possibilité de bénéficier de la prime d’installation (versée aux néo-titulaires fonctionnaires dans les académies d’Ile de France)

  • que les maîtres, agents de droit public, de l'enseignement sous contrat puissent être affectés sur des emplois relevant de la fonction publique
  • le maintien du plein traitement pour les maîtres à temps incomplet
  • la possibilité de postuler au concours  d’inspecteur.

 

Entre le 27 novembre et la 4 décembre 2014

Je vote CFTC Enseignement privé

Deux scrutins importants, indissociables

  • CCMMEP
  • CCMA (2nd degré) ou CCMI-CCMD (1er degré)