Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités Délégués auxiliaires et suppléants : Nouveau cadre de gestion
Navigation

Délégués auxiliaires et suppléants : Nouveau cadre de gestion

La circulaire parue au Bulletin officiel le 5 novembre 2015 présente et précise les nouvelles modalités de recrutement et de gestion des maîtres délégués des établissements d'enseignement privés sous contrat à compter de la rentrée scolaire 2015.

La circulaire reprend et précise les dispositions du décret du 31 juillet 2015 qui procède à l'amélioration de la rémunération et des perspectives de carrière des maîtres délégués des établissements d'enseignement privés sous contrat et relevant du ministre chargé de l'éducation nationale.
Elle rappelle les conditions de recrutement, la durée de l’engagement, la possibilité d'une période d'essai pour les maîtres délégués nouvellement recrutés dans des établissements sous contrat d'association à compter de la rentrée scolaire 2015.
Elle confirme le classement  sur une échelle de rémunération de MA1 ou MA2, ce qui permet d’avancer sur une grille de 8 échelons et de bénéficier d’un avancement à l’ancienneté ou au choix (20%).
La principale nouveauté de la circulaire réside dans les précisions apportées sur les critères pris en compte sur l’avancement.

Pour cet avancement au choix, dans le 2nd degré, le mérite professionnel est apprécié compte tenu de la note pédagogique et de la note administrative. Dans le 1er degré, il n'est tenu compte que de la note pédagogique.
Cela  signifie que les délégués auxiliaires seront désormais inspectés par des IEN ou IPR  et que leur avancement sera examiné en CCMA/CCMI/CCMD.

Il est donc indispensable que les suppléants puissent bénéficier d’une formation avant d’être inspectés. Le Snec-CFTC ne manquera pas de le rappeler au MEN.

Considérant que 20% des maîtres du 2nd degré et 9% des maîtres du 1er degré sont des délégués auxiliaires et que les IEN et IPR ont déjà bien des difficultés à inspecter régulièrement les maîtres agréés ou contractuels à titre définitif, le Snec-CFTC sera particulièrement vigilant pour  que le principe d’équité soit respecté.