Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités Décret du 18 juin 2017 : dé tricotage de la réforme du collège
Navigation

Décret du 18 juin 2017 : dé tricotage de la réforme du collège

Position du Snec-CFTC : Un décret sans concertation Le réaménagement des rythmes scolaires : bonne idée

Le décret est paru au journal officiel, le 18 juin : la réforme du collège qui a donné tant de travail aux enseignants est vidée de son contenu. Le Snec-CFTC avait soutenu cette réforme, l’argument de vente était alléchant : autonomie, interdisciplinarité, concertation. La mise en place de dispositifs comme les EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) devait permettre tout cela et donner du souffle aux manières d’enseigner. En réalité, la réforme a surtout été pilotée d’en haut, le ministère n’a pas entendu nos réserves et l’année scolaire 2016-2017 a été lourde, très lourde pour nombre de nos collègues.

Aujourd’hui, le syndicat Snec-CFTC ne peut que regretter de nouveau ce pilotage « d’en haut » qui n’entend ni n’écoute ce qui se dit sur le terrain. En particulier nous n’aurons jamais d’évaluation du dispositif EPI.
En revanche, on ne peut qu’approuver  le rétablissement de la possibilité de classes bilingues dès la 6°. Leur suppression avait été mal comprise. Pourquoi faudrait-il donner toujours moins à ceux qui peuvent davantage, au nom d’une idée de l’égalité ? La réelle efficacité d’un système éducatif ne devrait-elle pas plutôt se mesurer à sa capacité à accompagner et former tous les élèves ?
A quoi l’école doit-elle former ? Quelle mission assigne-t-elle à ses enseignants ? Voilà les questions que l’on aimerait enfin voir poser...

C’est décidé la semaine des enfants reviendra à 4 jours si les communes le décident. Tous les spécialistes sont d’accord, 4 jours et demi c’est fatiguant. Ainsi il vaut mieux travailler 24 heures en 4 jours que 24 heures en 4 jours et demi. Quant aux activités périscolaires que cette possibilité permettait et qui sans aucun doute pouvaient représenter un bonus socioculturel pour de nombreux enfants, elles sont jetées avec l’eau du bain. Enfin ces activités avaient ouvert des emplois et représentaient des opportunités de formation, dont il faudra tenir compte.

Annie Toudic, Présidente du Syndicat Snec-CFTC 
     annie.toudic@snec-cftc.fr