Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités Appel à grève : Mardi 10 octobre
Navigation

Appel à grève : Mardi 10 octobre

Les syndicats CFTC Enseignement privé (Snec-CFTC et Snepl-CFTC) appellent les maîtres de l’enseignement privé sous contrat à la grève.

Cet appel, conjoint de la CFTC Enseignement privé (Snec-CFTC et Snepl-CFTC), est justifié par des motifs spécifiques à la fonction publique de l'Etat impactant les maîtres de l'enseignement privé sous contrat mais aussi par la situation spécifique de ceux-ci.

Les points concernés sont :

  • Nouveau gel de la valeur du point de la fonction publique : il poursuit la tendance à une baisse du pouvoir d’achat
    Réintroduction du jour de carence : elle induit également une baisse du pouvoir d’achat, et contribue à stigmatiser une profession qui souffre déjà d’une image dégradée par la plupart des gouvernements des 20 dernières années
  • Hausse de la CSG, non compensée par une baisse équivalente des cotisations salariales : induit donc aussi une baisse du pouvoir d’achat
  • Menace de report de la progression indiciaire négociée et actée dans le cadre du dispositif PPCR : elle induit également une baisse du pouvoir d’achat ; avec un effet pervers qui serait de développer encore plus le recours à des maîtres précaires, maîtres dont la rémunération est inférieure à celle … d'un smicard précaire de droit privé. La CFTC Enseignement privé persiste à demander de vraies mesures de dé précarisation et des salaires décents pour les maîtres délégués.

Par cet appel à la grève, la CFTC Enseignement privé entend également dénoncer d'autres menaces contribuant à la dégradation des conditions de travail des maîtres :

  • Pluri-annualisation du temps de travail : elle induit, sans réel garde-fou, une extension croissante des missions et procédures
  • Rôle accru du chef d'établissement dans l'évaluation des maîtres : il n’est pas certifié pour évaluer des agents de droit public

Ces reculades et menaces ne sont pas conjoncturelles. Elles sont la poursuite d’un mouvement de fond dépassant la période d’activité des maîtres :

  • Passage progressif des maîtres du privé d'ARRCO-AGIRC au système de retraite des agents temporaires de l'Etat (Ircantec) depuis le 1er janvier 2017
  • Coup de rabot substantiel sur la retraite additionnelle des maîtres de l'enseignement privé (2013).

Avec un double-effet : des taux d'indemnisation plus faibles s'applique(ro)nt à des salaires dont la valeur réelle diminue

 

 Pour conclure :

Les maîtres du privé sous contrat sont privés de toute possibilité de négocier leur rémunération et leurs conditions de travail avec leur employeur, l'Etat se contentant de leur appliquer des décisions négociées avec les seuls fonctionnaires. La CFTC Enseignement privé demande la création d’un lieu de dialogue social de négociation ou à participer aux négociations et concertations organisées avec les enseignants du public.

Il continuera à se battre pour la reconnaissance du droit de ces quelque 140 000 salariés à être entendus et à être acteurs des relations sociales.

          

PJ : communiqué de presse complet et @info-snec du 27 septembre 2017